ASSOCIATION

  Objet
  Contact
  Adhésion
  Centre de Ressource
  L'asso en photo

ACTIVITES

  CYCLE d'échanges et d'informations
  STAGES / FORMATIONS
  VISITES de sites
  SOIREES ouvertes
  LOCATION d'une Presse à BTC
  Groupements d'achat (SEAUX INOX)

PROMOTION

  Conception BIOCLIMATIQUE
  Matériau BOIS
  Matériau TERRE
  Matériau PAILLE
     >L'Enquête Paille
  TOILETTES SECHES
     >L' Enquête Toilettes sèches
     >Le Guide Pratique Toilettes Sèches
  PHYTOEPURATION
  Diffusion de documentation
  Bibliographie

RESEAU

  Chantiers ouverts
  Petites annonces
  -> Agenda
  Liens

Activités : Promotion des toilettes sèches

Cliquez pour ouvrir en grand

Mais qu'est-ce que c'est, une toilette sèche ?

Non, ce n'est pas le trou au fond du jardin de nos grand-parents. Une toilette sèche se différencie d'une toilette à chasse d'eau par le simple fait qu'elle n'utilise pas d'eau. A la place, on recouvre les déjections d'une litière sèche carbonée. Tout ce qui est disponible localement convient : sciure de bois, copeaux, paille ou foin séché et broyé.
C'est simple, propre et sans odeur.

Un guide pratique sur les toilettes sèches !

L'association Empreinte a lancé en 2008, en co-édition avec l'association A Petits PAS, un tout nouveau livre sur les toilettes sèches.

La deuxième édition sera disponible mi-octobre 2010.

Simple d'accès, largement illustré,il vous le faut absolument !!
voir page spéciale pour plus d'info

 

Pourquoi utiliser une toilette sèche ?

Parce que c'est chimiquement logique !
Nos déjections sont surtout constituées d'azote, de phosphore et de carbone. Ces éléments ont des cycles terrestres, c'est à dire que leur recyclage doit être réalisé par compostage afin d'être rendus à la terre pour l'enrichir. Mêler les déjections (humaines ou animales) avec l'eau est une erreur et un non-sens écologique sans précédent
Parce que l'eau est précieuse, qu'il faut mieux l'utiliser et la protéger
C'est de l'eau potable qui est utilisée à raison d'une moyenne de 40 litres/habitant/jour pour "chasser " nos déjections. Cette mauvaise gestion de la matière organique est à la source de bien des problèmes : épuration lourde et peu efficace (60% de la charge des eaux à épurer provient des toilettes ), dégradations des écosystèmes aquatiques et des eaux souterraines, manque à gagner désastreux pour les sols. La toilette sèche n'utilise pas d'eau et après compostage de la litière, rend au sol la richesse qu'il nous donne.

C'est le plus grand et le plus simple des gestes écologiques

Alors, comment ça marche une toilette sèche ?

C'est très simple : Une fois nos déjections terminées, on met aussi le papier hygiénique dans la toilette (c'est du carbone), puis on couvre de la litière carbonée mise à disposition. Nous utilisons de la sciure de bois gratuite obtenue auprès d'une scierie locale (attention, ne pas utiliser de bois traité ou exotique afin de ne pas récupérer un compost toxique pour la terre).
Ça ne sent pas : Versée en quantité adaptée, la litière carbonée bloque les fermentations anaérobies et permet le démarrage du compostage.
Tiens, et pourquoi pas une toilette sèche chez vous ?
Il suffit d'encadrer confortablement un seau et de se procurer de la matière sèche fine et carbonée qui sera utilisée comme litière après chaque usage. Quand la toilette est pleine, le vider sur le carré à compost, avec les épluchures de légumes et les déchets du jardin. Une fois plein, le tas de compost est disposé en andain en alternance avec de l'ortie, de la consoude et du fumier animal et recouvert de paille. Laisser mûrir un an et s'en servir au potager ou aux pieds des arbres ou des fleurs.  
-->Vous pouvez télécharger ces explications dans un document au format pdf
n'hésitez pas à l'utiliser, l'afficher, le diffuser autour de vous


 

 

TOILETTES SECHES: Questions/Réponses
Quelle économie d’eau ?
10l d’eau par chasse d’eau, 40l d’eau par personne et par jour, soit un total de 14 mètres cubes par personne et par an.
Quelle économie d’argent ?
Le prix de 1 m3 d’eau est environ 2 € (hors abonnement)
Calcul pour 1 personne : 30 €/ an, pour une famille de 4 personnes : 120€.
Quel volume de déchet représentent nos déjections?
En moyenne une personne évacue 150g de selles et 1.5 litres d’urine par jour. Avec une chasse d’eau et pour évacuer environ 1.7 litres de déchets, ce sont plus de 40 litres d’eau potable qui sont nécessaires, soit plus de 20 fois plus.
Pourquoi est-ce un geste grandement écologique ?
- Moins de gaspillage d’eau potable (14 m3 d’eau/ personne / an)
- Moins de pollution en amont donc moins d’eau à épurer
- Enrichissement de la terre par la restitution d’un humus riche issu du compostage
- Prise en charge de ses déchets. L’utilisation de toilettes sèches s’inscrit dans une démarche de tri sélectif.

A l’intérieur ou à l’extérieur, quel lieu pour les toilettes sèches ?
L’emplacement choisi pour les toilettes sèches est à votre convenance, en fonction des usages.
Ne nécessitant aucune de canalisation d’arrivée ni évacuation d’eau, elles peuvent s’installer facilement et indifféremment :
- A l’extérieur : réhabilitation d’une cabane existante, facile à la belle saison lorsqu’on est souvent à l’extérieur (jardin…).
- A l’intérieur : pour plus de confort, la proximité, peuvent se placer dans la salle de bain ou à la place des anciennes toilettes à eau.
- Mobile : certains modèles, compacts et portatifs, permettent de la mettre ou on le souhaite en fonction des besoins (chambre, annexe, caravane…).
? L’idéal est d’avoir les deux, à l’extérieur pour une utilisation saisonnière, à l’intérieur pour le quotidien, le confort, la nuit…

Quel contenant pour mes toilettes sèches ?
La taille variera en fonction de l’emplacement, du nombre d’usagers et de la force de la personne qui assurera la vidange. Prévoir en moyenne entre 12 et 20 litres (possibilité d’utiliser une poubelle 80 litres).
Matériaux :
- Seau ou poubelle plastique : pas cher, facile à trouver, mais se tachant à la longue et donc à remplacer.
- Seau galvanisé : facile à trouver, pas trop cher, mais rouille rapidement au contact acide des urines.
- Seau inox : l’idéal car ne se tachant pas, facile à nettoyer après vidange et par essence inoxydable donc résistant dans le temps. Par contre difficile à se procurer (matériel professionnel de fromagerie ou de cuisine) et cher (environ 90€ pour 15 l). On peut aussi partir sur une marmite inox ou une casserole de collectivité.
? Quelque soit le matériaux, prévoir un récipient avec couvercle pour le transport et la manutention.
Ou trouver la sciure ?
Dans une scierie locale, en s’assurant au préalable qu’ils ne travaillent pas avec des bois traités ou exotiques. Gare aux menuiseries qui travaillent très souvent avec des bois traités.
Quel papier utiliser ?
On peut mettre le papier dans le compost, c’est du carbone. Le choix du papier est à votre convenance même si nous vous conseillons de le préférer non coloré et non blanchi.
Comment gérer le compost issu des toilettes sèches ?
Lorsque le récipient est plein, on le vidange (couvercle + paire de gants pour le transport) sur le tas de compost en l’étalant avec une fourche sur la surface du compost, puis en le recouvrant de matière ligneuse et carbonée (paille, tonte, broyat de végétaux). Le seau est ensuite rincé et frotté à la brosse, l’eau de lavage vidée également sur le compost.
Si le compost est complètement clos et inaccessible aux animaux (chat, chien…), n’hésitez pas à mélanger déchets de cuisine et de jardin. Dans le cas contraire, prévoyez deux tas distincts pour permettre aux animaux de grappiller croûtes de fromage et gras de jambon sans mettre les pattes dans le compost des toilettes sèches. Vous pourrez les mélanger dans un second temps, en le brassant et formant un nouveau tas en andain où vous alternerez, façon millefeuille, compost toilettes sèches, tonte, orties, consoude, prêle, compost de jardin et de cuisine... Le tas sera complètement recouvert d’une épaisse couche de paille et laissé à composter au moins un an (dont un été).
? Ce terreau riche issu du compostage pourra être utilisé sur les arbres, fleurs ou potager.
Faut-il séparer les urines des matières fécales ?
Les modèles de toilettes sèches manufacturées le proposent fréquemment. L’objectif de la séparation est de réduire le volume de déchets. Les selles étant déshydratées (électriquement ou par ventilation naturelle) ou compostées (brassage électrique), et les urines évacuées par un drain. La séparation peut aussi être utilisée pour une application collective des toilettes sèches (immeuble) avec des modes de collecte et de compostage adaptés.
Tant qu’elles ne rentrent pas en contact avec les selles et que la personne est en bonne santé, les urines sont stériles (pas de germes pathogènes) et, riches en azote, constituent un engrais pour les plantes. Cependant dès que ces conditions ne sont pas remplies, les urines doivent être traitées pour ne pas être source de pollution.
Certains modèles nécessitent une modification du comportement : on urine à un endroit et on défèque à un autre sur une lunette adaptée. Dans ce cas, à priori pas de contact.
Les autres modèles séparent mécaniquement les deux. Techniquement un tamis récupère les fèces, les urines traversant le tamis jusqu’à un récipient en dessous. Là, il y a contact, et les urines ne devraient pas être rejetées dans la nature sans retraitement préalable.
La toilette à compost mélange l’urine et les selles. L’urine apportant l’humidité nécessaire au bon fonctionnement du compost. Seul le compostage, par la montée en température, détruit les germes pathogènes (ce que n’opère pas la déshydratation).

Les toilettes sèches, est-ce possible en ville, en appartement ?
En principe oui, le tout étant de prévoir un mode de vidange, particulier ou collectif (si plusieurs dans l’immeuble, dans la ville…) et un lieu de vidange (particulier, agriculteur, déchets verts..).
Est-ce qu’on peut utiliser des toilettes sèches en climat extrême, type haute montagne ou zone désertique chaude ?
C’est la difficulté voir l’impossibilité d’alimentation en eau de ces climats qui font que les toilettes sèches y sont utilisées depuis longtemps (refuges, désert…). Outre l’économie d’eau, ce type de toilette respecte l’environnement et l’équilibre fragile de ces milieux.
Comment construire une toilette sèches ?
L’auto construction de toilettes sèches est souvent l’occasion d’exprimer votre créativité. Globalement et de façon non exhaustive, on retrouve une lunette de toilette et un récipient, un seau à sciure et une louche. On peut ensuite créer une caisse en bois avec couvercle percé sur charnière sur lequel on fixera l’abattant et dans lequel on glissera le récipient. On peut également réadapter la pièce des toilettes ou construire une cabane dans le jardin … (cf. photos sur le site).

De quoi sont composées nos déjections ?
L’urine contient de l’eau, de l’azote, du phosphore et un peu de potasse, ce qui en fait un engrais au même titre que les engrais azotés d’origine industrielle. Sauf maladie, l’urine est stérile.
Les matières fécales contiennent également de l’azote, du phosphore et de la potasse, et un peu d’eau mais aussi du carbone. Ce carbone alimente la population microbienne du sol et est transformé en humus stable. Les matières fécales contiennent aussi des germes pathogènes, dont une grande partie va mourir ne serait-ce que par le changement d’environnement. Le reste sera détruit par les différentes phases du compostage.
   
-->Vous pouvez télécharger ces explications dans un document au format pdf
n'hésitez pas à l'utiliser, l'afficher, le diffuser autour de vous

 

Pour aller plus loin

Cliquez pour ouvrir l'image en grand

Enquete nationale
auprès des utilisateurs de
toilettes sèches

explications, formulaire, résultats

Location de toilettes sèches
- mobiles pour un évenement
- d'intérieur pour l'usage privé

Infos / Tarifs

Bibliographie :

- Guide pratique Toilettes sèches, les comprendre, les construire, les utiliser, co-Ed Empreinte et A petits PAS, nov 2008,

- "Un petit coin pour soulager la planète", De Ch. Elain , ed. Goutte de sable, fevrier 2005 (commander)
- Guide Des toilettes seches à la maison, 2009, Toilettes du monde http://www.toilettesdumonde.org
- Assainissement Durable, Samuel Lanoe, Ed Goutte de Sable, 2009
- "Assainissement écologique", ed ASDI, 2001, Toilettes du monde
- La Maison Ecologique, magazine
- n° 18 octobre-novembre 2003: article sur la première conférence internationale sur les toilettes sèches qui vient d’avoir lieu en Finlande",
- n° 25 février-mars 2005: dossier Toilettes seches
(commander)
,